Goulwenn Tristant

Goulwenn Tristant

« Ce que vous raconte les autres, c’est leur vie, pas la vôtre ! » 

Comment prendre conscience des possibilités que vous offre l’immobilier ? Et si c’était l’ouverture d’esprit qui le permettait car sans elle il est impossible d’emprunter certains chemins, alors que nous avons sûrement les possibilités instinctives ! Il faut retenir qu’il est impossible de faire quelque chose que l’on ignore et pourtant nous en avons certainement les compétences. Il est donc regrettable que l’ignorance prenne le dessus sur les capacités intellectuelles. Parce que je l’ai vécu, parce que je l’ai partagé, il est clair que notre capacité à ouvrir notre esprit à ce monde de l’entrepreneuriat est la clé du succès.

Il faut apprendre à rêver…

Toute réussite commence par un rêve, une pensée, une visualisation. Rêver est le début de l’aventure et d’un projet, laisser libre cours à son imagination. Rêver ne coûte rien, si ce n’est se faire du bien et qui sait, c’est le début d’un grand succès ! Il faut à 50 % « vouloir » pour en convaincre son esprit et à 50 % passer à l’action qui est la conséquence de la volonté. Et elle fera la différence. La connaissance sans l’action n’est pas la connaissance. Nombreux sont celles et ceux qui se laissent dicter leur vie par la société, les médias, leur famille ou encore par les personnes qu’ils fréquentent au quotidien. Et c’est loin d’être positif : « Tu n’y arriveras pas ! », « C’est impossible ! », « Tu rêves ! », « Si ça fonctionnait, tout le monde l’aurait fait ! »… L’être humain a de grandes facilités à se trouver des excuses. Dommage que ce ne soit pas ainsi pour les solutions. Ce sont les remarques que vous devrez affronter dès lors que vous partagerez vos rêves et projets. Frustration, jalousie ou encore méchanceté… qui n’ont qu’un seul objectif : vous garder au niveau médian de la société. Réaliser un rêve ? Sacrilège ! Avec cette négativité ambiante qui règne dans notre société, les plus faibles finiront par y croire et lui donneront finalement raison et vous finirez par penser : « Mon rêve est peut-être trop grand ! », « On verra ça plus tard ! »…

Pensant remettre ce projet à plus tard, il ne verra au final jamais le jour !

Peu importe la grandeur de votre projet, peu importe les tempêtes que vous allez devoir affronter, peu importe les critiques que vous allez devoir subir, peu importe vos connaissances et votre niveau, la seule question à vous poser… : « est-ce que j’ai envie de vivre ce projet, de vivre ce rêve ! ». Le reste ne sert à rien à part vous polluer l’esprit ! Arrêtez de commencer vos projets en concluant que c’est impossible ! Auriez-vous la faculté de dire que vous n’y arriverez pas, alors que vous n’avez même pas essayé ?! Cette absurdité mérite de s’interroger sur soi, d’oser affronter et casser ses croyances limitantes.

Je me souviens…

Si j’avais écouté la société en 2011 qui m’a ri au nez quand j’ai annoncé que je m’étais inscrit à l’Ironman de Nice (3,8 km de nage, 180 km de vélo et un marathon 42,2 km), alors que je n’avais jamais fait de triathlon et pire encore, que je ne savais nager que vulgairement la brasse, je n’aurais rien fait. Pourquoi me dire que je n’y arriverais pas ? Comment est-ce possible de penser ça, alors que je n’ai même pas essayé ! J’avais conscience de mes points faibles, mais est-ce que mes points faibles allaient m’aider à réussir ? Absolument pas ! J’ai analysé mes quelques points forts et j’ai travaillé dessus pour y arriver. On me donnait 1 % de chance d’y parvenir. Pour moi, c’était juste génial de pouvoir m’aligner au départ de cette course avec à mes côtés 1 % de chance. Du coup je me sentais moins seul et mon objectif était à présent de me battre pour ce 1 % de chance et de l’amener à l’arrivée avec moi. Après 14h50 de combat contre cette épreuve surhumaine, on m’a passé autour du cou la médaille de finisher ! La morale de cette histoire, c’est que si j’avais écouté cette société, cette même société m’aurait privé d’un titre mondial cinq ans plus tard, puisque je suis devenu Champion du monde d’ultra triathlon en 2016 !

Peu importe d’où vous partez, commencez toujours votre projet par une introduction, avancez pas à pas. Arrêtez-vous autant de fois qu’il le faudra, mais n’abandonnez jamais un rêve parce que la société vous le dit !

« Réaliser un projet, ce n’est pas se demander si l’on a les capacités intellectuelles ou physiques pour pouvoir le faire, c’est agir et persévérer ! »

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email