Goulwenn Tristant

Goulwenn Tristant

Rénovation Vol de nuit !

A première vue, ce studio de 30m2 suscite des interrogations. Est-ce la bonne affaire si proche d’un couloir aérien ? Bony, jeune investisseur, vise la location courte durée. Pas facile de récolter des commentaires positifs dans ces conditions et pourtant…

Direction Bordeaux à la découverte d’un bien des années soixante-dix qui est victime des vibrations des réacteurs des Boeing et Airbus qui décollent et atterrissent à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac. Ce balai incessant d’avions au-dessus de la tête des locataires ne favorise pas le projet de location courte durée et Bony en a des sueurs froides. Quelles solutions ? Faire d’une nuisance sonore son allié, une source d’inspiration pour métamorphoser son logement et atteindre son objectif de remplissage. Comme il est difficile de se protéger des vibrations, décision est prise de transformer ce défaut en avantage. Je compare ce problème de bruit, difficile et coûteux à résoudre à un violent courant marin. Pourquoi risquer de se noyer en nageant contre celui-ci alors qu’il suffit de se laisser porter ? La proximité avec l’aéroport donne une information essentielle sur le profil des locataires : beaucoup seront des… voyageurs. Il s’agit donc de créer une forte identité à ce lieu. Le fil conducteur ? L’état d’esprit : l’excitation que les futurs passagers ont plusieurs jours avant le grand départ. Il faut donc leur offrir ce qu’ils attendent : un avant-goût de leur voyage !


Un mobilier qui invite au voyage
Ce studio plonge le voyageur dans un univers onirique lié à l’aéronautique. Le ton est donné avec cette image d’avion gigantesque dont la profondeur est accentuée en y intégrant un élément 3D : un plan bar qui semble prolonger l’aile de l’engin. Les miroirs au-dessus du lit sont ovales et valorisés par une bande de couleur foncée rappelant les hublots et les peintures du fuselage. Le plafonnier n’est autre qu’un vieux casque en cuir avec des lunettes d’aviateur trouvées à 30 euros sur internet. Les lampes au-dessus du bar rappellent celles utilisées par les agents de pistes qui assurent l’assistance au déplacement des avions sur les aires de circulation du tarmac. Le mobilier est lié au monde du voyage avec une table basse inspirée d’une malle de transport. Enfin les fenêtres sont ornées d’un adhésif représentant une ancienne carte du monde, que le soleil anime tout au long de la journée. Ainsi nous préservons l’intimité du voyageur tout en l’invitant au voyage. Dans le projet, le lit devait donner l’impression d’être dans les airs, de voler avec un rétroéclairage et un pied central en retrait, mais le budget travaux n’a pas permis de réaliser cette fantaisie.

Jouer le jeu à fond avec une casquette de stewartCe premier investissement qui semblait périlleux a permis d’ouvrir tous les champs du possible en terme de créativité. Certes les travaux ont été plus longs que prévus à cause d’un artisan débordé, des matériaux en commande indisponibles, mais rien de bien surprenant dans le cadre d’un chantier de rénovation. Pour finir en beauté, j’ai recommandé à Bony de porter une casquette de Stewart pour faire les check-in check-out de ses clients avec de grands gestes comme s’il était dans un avion et d’offrir un petit cadeau de bienvenue à l’instar d’un avion en polystyrène à 2,28 euros les 12 ! L’heure du bilan sonnera bientôt, mais il est certain que ce studio récoltera de bonnes notes !



Les clés de la métamorphoseAppartement de 30m2 proposé en location courte durée dans la région bordelaise

Objectif : créer un maximum de valeur pour les clients

Durée de la conception du projet : 8 heures via Skype

Coût des travaux : 16 000 euros (meubles et conception inclus)

Principal défaut du logement : le bruit des avions à cause de la proximité de l’aéroport

Thème retenu : l’aéroport dont le bruit va offrir une expérience immersive aux clients

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email